Depuis plus de 80 ans, l'incroyable montée du Raidillon terrifie les meilleurs pilotes de la planète. Certains fans déplorent la disparition des bacs à gravier dans ce virage, estimant que le Raidillon a perdu son caractère unique. Mais plusieurs incidents survenus en août ont prouvé le contraire.

Aux 24 Heures de Spa-Francorchamps, des pilotes sont entrés en contact dans une sortie de piste dans ce virage, envoyant deux d'entre eux à l'hôpital. Puis, lors du week-end du Grand Prix de Belgique de F1, un accident a été observé en catégorie reine, en Formule 3 et en W Series, ce dernier étant particulièrement impressionnant mais, fort heureusement, il n'a blessé aucune pilote.

D'aucuns estiment que le Raidillon doit être modifié, qu'il s'agisse du profil de la courbe ou des dégagements. Et parmi ces militants, on trouve les pilotes Ferrari. Carlos Sainz révèle que lui et ses concurrents sur la piste ont longtemps insisté pour que des changements soient apportés aux barrières du virage.

"Il est très évident que ce virage a un problème fondamental où, en cas d'accident, on s'écrase d'abord [contre les barrières] très lourdement et ensuite, on rebondit vers la piste", explique-t-il. "Dans les projections d'eau, si le deuxième a un accident, celui qui arrive en 17e position ne le saura pas. C'est une situation extrêmement dangereuse et les pilotes ont demandé des changements."

Et la FIA leur a répondu en assurant que la situation était sous contrôle : dès l'année prochaine, des travaux seront effectués pour reculer les barrières, limitant ainsi la possibilité de revenir en piste, et pour potentiellement ajouter des bacs à gravier. "Nous avons demandé de modifier ce virage, et on nous a dit que la FIA était déjà sur le coup, nous sommes donc plus sereins à ce sujet", ajoute l'Espagnol.

Le coéquipier de Sainz, Charles Leclerc, accueille aussi favorablement les changements prévus pour l'an prochain, néanmoins l'accident de Norris lui a fait revivre de mauvais souvenirs et il a dû "prier" pour que la course se déroule sans un nouveau crash au Raidillon. "C'était très effrayant pour moi, comme pour tout le monde, de voir ce crash au même endroit où j'ai perdu un ami il y a deux ans", lance-t-il, en faisant référence à l'accident mortel d'Anthoine Hubert en Formule 2, en 2019.

"C'était un soulagement de voir Lando sortir seul de la voiture. En ce qui concerne la piste, [la FIA] sait qu'il y a quelque chose qui doit changer, et je crois que des changements sont prévus pour l'année prochaine, ce qui est bon à savoir."