Les prévisions météorologiques annonçaient de grosses averses pour le samedi du Grand Prix de Russie de Formule 1, et elles n'ont pas menti ! Le circuit de Sotchi s'est transformé en piscine olympique dès ce matin. Très rapidement, il est devenu évident que le roulage en Formule 3, Formule 2 et Formule 1 allait être compromis.

Ainsi, tous les événements prévus avant les qualifications ont été annulés. Les pilotes de la Scuderia Ferrari et leurs adversaires ne pouvaient donc compter que sur leur expérience en EL1 et EL2, puisque les EL3 ont également été annulés. 

Fort heureusement, la pluie a cessé à quelques minutes du début des qualifications, et la séance a pu se dérouler sans encombre. Pénalisé sur la grille de départ, Charles Leclerc a pris part à la Q1 afin de récolter quelques informations sur sa monoplaces mais est resté au garage en Q2. Demain, le Monégasque s'élancera en dernière ligne et cherchera à gagner le plus de places possibles. Toutefois, Leclerc n'est pas très optimiste.

"C'est des conditions où normalement on n'est pas super performants, donc c'était bien pour moi, bien pour la voiture aussi de tester quelques trucs, et c'était plutôt positif car on était tout de suite dans le rythme", a-t-il indiqué sur Canal+. "On n'a pas mis le deuxième train de pneus [intermédiaires] en Q1, pour ne pas prendre trop de risques non plus. Mais le peu de tours qu'on a fait étaient compétitifs et c'est bien."

"Ça va être plus compliqué de doubler tout le [paquet], on est tous assez proches en temps, même si je pense que c'est vraiment un week-end assez fort pour nous. Je pense que ça va être assez compliqué de doubler, donc on va essayer de faire le meilleur départ possible, et après faire une belle remontée, mais ça ne va pas être facile." 

Seul représentant Ferrari à partir de la Q2, Carlos Sainz a fait honneur à la Scuderia en réalisant sa meilleure qualification en F1. Le pilote espagnol a tiré son épingle du jeu lors du passage en pneus slicks et a pu remonter jusqu'à la première ligne. Lando Norris le devance pour une demi-seconde mais, contrairement à Sainz, le pilote McLaren ne bénéficiera pas de l'aspiration au moment du départ.