Pénalisé sur la grille de départ du Grand Prix de Russie de F1, Charles Leclerc avait la lourde mission de placer sa Ferrari SF21 dans le top 10 de la course. Et au terme de son premier relais, effectué avec les pneus durs, le Monégasque était bien placé pour décrocher des points.

Huitième dans les derniers tours, Leclerc s'est ensuite fait surprendre par l'arrivée de la pluie, qui n'a touché qu'une partie du circuit. Certains pilotes ont joué la sécurité en rentrant au stand pour passer des pneus intermédiaires, le pilote Ferrari a quant à lui tenté le pari fou de conduire avec des pneus slicks sur une surface humide. 

"Bien sûr, c'était très difficile", a-t-il expliqué à l'arrivée. "Je crois que nous sommes restés [en piste] deux tours de plus que les autres. Pendant ces deux tours, nous étions compétitifs, ce qui était parfait. Mais ensuite, la pluie s'est intensifiée et cela nous a mis dans une très mauvaise situation. En un tour, nous avons tout perdu."

Rattrapé par les pilotes en pneus intermédiaires, Leclerc a dû se rendre à l'évidence et rentrer au stand. Mais il était déjà trop tard et le Monégasque est retombé à la 15e place. Plus haut dans le classement, Norris a lui aussi choisi de rester en piste avec les pneus slicks. Le pilote McLaren a perdu la tête de la course dans les derniers tours et a fait une croix sur sa première victoire en F1.

Leclerc a partagé la peine de Norris, lui aussi avait perdu de manière dramatique une première victoire, au Grand Prix de Bahreïn 2019.

"C'est difficile. Bien sûr, je peux imaginer ce que [Norris] ressent aujourd'hui parce qu'il a eu un rôle dans la prise de décision et il doit se sentir responsable. Mais c'est un pilote incroyable, il l'a montré régulièrement cette saison. Je suis sûr qu'il en tirera les leçons. Sa première victoire n'est qu'une question de temps, il ne devrait pas se sentir abattu après une telle course", a-t-il lancé.