Avec son programme Ferrari F1 Engineering Academy, le Cheval Cabré identifie les ingénieurs de demain et sélectionne les talents les plus brillants pour les intégrer au personnel de la Scuderia. Et cette année, ce sont cinq participants qui ont été retenus.

Irene Vittori Antisari vient de MUNER, l'université automobile d'Émilie-Romagne, tandis que Nuria Castells a obtenu un master à l'université Oxford Brookes, le même établissement dont est issu Craig Davidson, qui rejoindra le groupe dans quelques semaines. Les deux autres jeunes ingénieurs sont Edoardo Barbieri, diplômé de l'Imperial College de Londres, et Oliviero Agnelli, de l'école polytechnique de Turin.

Sur les 497 candidatures, 72 ingénieurs ont réussi les premières évaluations, basées sur des tests techniques. Ensuite, 39 d'entre eux ont rencontré les employés du département des ressources humaines. Les 19 candidats étant passés à l'étape suivante ont fait l'objet d'une nouvelle phase d'évaluation en groupe, et les dix meilleurs se sont entretenus avec les membres de la gestion sportive. Cette dernière phase a conduit à la sélection des cinq jeunes étudiants qui participent aujourd'hui au programme.

Ces derniers passeront 80% du temps à se former dans leur département, les 20% restants étant consacrés à des projets communs. Deux macro-groupes ont été créés pour le secteur de l'unité de puissance et pour le secteur du châssis. Chaque groupe peut également compter sur deux tuteurs. À la fin du programme 2021, au prochain mois de mars, les étudiants seront invités à présenter et à partager avec la Scuderia les projets sur lesquels ils ont travaillé lors des six derniers mois.

Au fil des ans, plus de quarante ingénieurs issus de ce programme ont rejoint la Scuderia à temps plein. Parmi eux, on trouve Steven Petrik, qui est désormais l'ingénieur performance de la voiture de Carlos Sainz, et Calum MacDonald, l'entraîneur du pilote espagnol.