Même si les Essais Libres 3 du Grand Prix de Turquie de F1 se sont déroulés sur une piste humide et que les prévisions météo annonçaient un risque de pluie de 100% en qualifications, la Scuderia Ferrari a verrouillé ses réglages en privilégiant la vitesse de pointe plutôt que l'appui aérodynamique.

Au volant d'une voiture réglée pour le sec, Leclerc a connu des difficultés lors de la séance de qualifications. La piste est restée sèche à Istanbul malgré quelques gouttes de pluie, mais les températures fraîches ont rendu difficile la chauffe des gommes. Par conséquent, Leclerc est parti en tête-à-queue en fin de Q2 et a dû compter sur l'aide de son coéquipier Carlos Sainz, qui n'a pas signé de temps lors de cette séance en raison d'une pénalité le renvoyant en dernière ligne, pour décrocher son ticket pour la Q3.

"Je savais que [les qualifications] allaient être difficiles pour nous parce que nous avions décidé de partir sur des réglages à faible appui aérodynamique", a-t-il commenté. "Finalement, je pense que nous avons fait le bon choix. Merci à Carlos pour m'avoir donné l'aspiration en Q2, sans cela il aurait été difficile de passer en Q3 en raison du trafic dans les derniers virages."

Charles Leclerc

Une fois en Q3, Leclerc n'a pas tremblé et a décroché le quatrième temps, faisant de lui le premier pilote de la grille hors Mercedes et Red Bull. Et avec l'application de la pénalité de Lewis Hamilton, le pilote Ferrari partira troisième, derrière le poleman Valtteri Bottas et Max Verstappen.

Questionné sur les raisons derrière l'excellent rythme de Ferrari en Turquie, Leclerc a répondu : "Je ne sais pas trop, pour être franc. C'est un peu étrange, les équipes du milieu de tableau sont très performantes également. Nous sommes très proches de la pole position, tout le monde l'est, donc c'est super."

Avec une vue dégagée sur la première ligne, Leclerc dispose d'une belle opportunité pour prendre les commandes au premier virage. Néanmoins, le Monégasque a affirmé qu'il ne prendrait aucun risque inconsidéré face aux pilotes Mercedes et Red Bull, qui boxent habituellement dans une autre catégorie. 

"Je ne prendrai pas trop de risques avec [Bottas et Verstappen]", a indiqué Leclerc. "Nous ne nous battons pas avec eux au championnat. Les départs sont toujours plein de pièges, mais je ne prendrai pas trop de risques."