Charles Leclerc a manqué de créer l'exploit au Grand Prix de Turquie de F1. Troisième sur la grille de départ, le Monégasque est resté à cette position durant la première partie de la course avant de tenter le pari fou de rallier l'arrivée sans remplacer ses pneus intermédiaires usés.

Le pilote Ferrari a donc été propulsé en tête lors des arrêts de Valtteri Bottas et Max Verstappen. Et pendant quelques minutes, la décision de la Scuderia semblait être la meilleure car les deux adversaires de Leclerc connaissaient de grandes difficultés avec leurs enveloppes neuves, mais celles-ci n'ont été que de courte durée.

"[La dégradation des pneus] était très étrange, je pense que cela a perturbé notre décision au moment de s'arrêter", a admis Leclerc sur Sky Sports. "J'avais des pneus usés et on m'a dit à la radio que les temps de Valtteri, en pneus neufs, n'étaient pas très bons. Donc je me suis dit que je pouvais rester devant avec les pneus usés. En fait, il y a eu un énorme graining pendant sept tours et ensuite, [les autres pilotes] ont trouvé beaucoup de vitesse."

Une fois l'étape du graining passée, Bottas a fondu sur Leclerc et lui a facilement repris les commandes. Le dépassement du pilote Mercedes a fini par convaincre le Cheval Cabré de s'immobiliser au stand, trop tard. En s'engageant dans la pitlane, Leclerc faisait une croix sur le podium. 

"Lorsque [les pilotes en pneus neufs] ont gagné en rythme, il fallait s'arrêter mais c'était trop tard. Dans les dix derniers tours j'essayais de faire fonctionner les pneus [neufs] mais sans succès. C'est dommage, on a perdu le podium, mais je ne regrette rien. En Russie, la communication n'était pas bonne. Mais cette fois-ci, elle était excellente, j'avais une bonne vision de la course et je pense que nous avons pris ce qui était selon nous la meilleure décision."

Leclerc, classé quatrième, peut néanmoins se réjouir de la compétitivité de la SF21 lors de cette course. En dépit de réglages peu adaptés à ces conditions difficiles, Leclerc a été en mesure de tenir le rythme de la Mercedes de Bottas et de la Red Bull de Verstappen jusqu'à leur arrêt.

"Ce n'était pas la configuration optimale mais mon rythme m'a beaucoup surpris. La voiture était compétitive [...] et ça a bien marché pour nous. Être dans le même rythme que Max dans le premier relais, je ne pouvais pas rêver mieux", a-t-il déclaré.