Si Ferrari a brillé au Grand Prix de Turquie de F1, Alfa Romeo a vécu une nouvelle course difficile. Éliminés en Q1, Antonio Giovinazzi et Kimi Räikkönen ont profité des rares incidents pour remonter au classement, mais les deux pilotes ont échoué aux portes du top 10.

Giovinazzi, onzième, a été le mieux classé des deux. L'Italien était même en passe de monter au dixième rang, occupé par Esteban Ocon, n'ayant effectué aucun arrêt et étant donc muni de pneus très usés, mais il lui a manqué un petit tour pour tenter un dépassement. Assez déçu à l'arrivée de la course, le pilote Alfa Romeo a révélé que la longue mise en température des pneus intermédiaires l'avait empêché de revenir plus tôt sur le Français.

"Il nous manquait un seul tour pour finir dans les points", a pesté Giovinazzi. "C'était très difficile au moment de changer les pneus, les nouveaux n'offraient pas d'adhérence. Il fallait attendre trois ou quatre tours, qu'ils montent en température, pour que la situation s'améliore. En qualifications, nous avons vu que c'était un circuit qui mettait du temps à sécher. C'était difficile pour l'équipe de trouver le meilleur tour [pour rentrer au stand]. Je pense que nous avons fait de notre mieux mais il nous manquait un tour."

De l'autre côté du garage Alfa Romeo, Kimi Räikkönen a passé l'intégralité de la course à suivre son coéquipier. Les temps du Finlandais étaient plus rapides en fin de parcours, ce qui a poussé l'écurie à utiliser des consignes pour échanger les positions, mais Giovinazzi a refusé d'obtempérer. Au final, Räikkönen s'est classé douzième.

Une chose est sure, il ne gardera pas un souvenir impérissable de ce Grand Prix. "C'était [une course] plutôt bonne, les conditions sont restées les mêmes", a-t-il commenté. "Nous étions assez rapides à certains moments mais il était très difficile de dépasser."

Le pilote Alfa Romeo a également indiqué qu'il n'avait jamais pensé à chausser les pneus slicks malgré l'assèchement de la trajectoire en fin de course : "[Le circuit] a un peu séché, il y avait une ligne sèche à certain endroits mais à de nombreux autres, c'était encore trop humide. Ça n'a pas suffisamment séché [pour passer les pneus slicks]."