Charles Leclerc a rendu une copie parfaite au Grand Prix des États-Unis de F1 en transformant sa quatrième place sur la grille de départ en quatrième place sous le drapeau à damier, derrière le vainqueur Max Verstappen, Lewis Hamilton et Sergio Pérez.

La course de Leclerc a été très solitaire puisque le pilote Ferrari avait suffisamment de rythme pour tenir Daniel Ricciardo, cinquième, à distance mais pas assez de puissance pour se rapprocher de la Red Bull de Pérez. Leclerc s'est néanmoins réjoui de ne pas avoir été lâché par le Mexicain en fin d'épreuve.

"Je suis très heureux même si je suis sûr que vous n'avez pas vu grand-chose de ma course", a plaisanté Leclerc au micro de Sky Sports. "La performance a été très, très bonne, je pouvais voir Sergio à dix secondes de moi et dans les deux derniers relais, nous étions même plus rapides. Donc j'ai pensé au podium mais je n'ai pas réussi [à dépasser Pérez]."

Mais attention, la quatrième place de Leclerc n'a pas été cueillie aussi facilement. Le Monégasque a vécu une course très éprouvante sur le plan physique en raison de la forte chaleur, plus de 37°C sur la piste, et des nombreuses bosses sur le circuit : "Ça a été incroyablement difficile, probablement l'une des courses les plus dures physiquement que j'aie eu à faire. Singapour est difficile, mais c'est un autre genre de difficulté, il fait simplement très chaud. Mais ici, avec les trois secteurs, avec les bosses, avec la chaleur, c'était très exigeant et les dix derniers tours ont été très durs."

De son côté, Carlos Sainz a vécu une course beaucoup plus agitée. Le coéquipier de Leclerc partait avec un désavantage, à savoir des pneus tendres peu endurants, et s'est fait prendre dans un sandwich McLaren pendant toute l'épreuve avant de perdre la sixième place face à Valtteri Bottas dans les derniers kilomètres. 

"C'était une mauvaise course, ça s'est compliqué dès le départ", a-t-il pesté sur DAZN. "Il fallait attaquer avec les [pneus] tendres et je me suis défendu contre les McLaren parce que j'ai eu un gros patinage. Peut-être que je voulais trop bien partir, ce qui a gâché mon départ."

Sainz a néanmoins eu l'opportunité de se défaire de la McLaren de tête, celle de Daniel Ricciardo, lors des arrêts au stand. Toutefois, la stratégie d'undercut mise en place par le Cheval Cabré n'a pas fonctionné car l'arrêt de Sainz s'est éternisé. C'était malheureusement déjà le cas il y a deux semaines, au GP de Turquie.

"Je suis parvenu à préserver les tendres pendant un certain temps, tout comme les mediums, donc je suis satisfait à cet égard", a-t-il ajouté. "Mais un autre mauvais arrêt ne nous a pas permis de faire l'undercut sur Ricciardo. À partir de ce moment, toute la course s'est passée derrière lui. J'ai réussi à attaquer pendant un tour mais à cause de la chaleur, les pneus surchauffaient et je ne pouvais pas continuer à attaquer. Le mauvais arrêt nous a coûté cher. S'il avait été bien exécuté, nous aurions pu faire l'undercut. Cela fait deux ou trois fois de suite que l'arrêt se passe mal."